Aqui Radio Andorra






:: Le revirement français.
Le début de l'année 1938 est marqué par un certain nombre de maladresses du gouvernement français qui n'a pas pris la mesure de l'évolution des mentalités en Andorre. En menaçant puis en intervenant à travers le détachement de gendarmes présent dans la Principauté pour arrêter les travaux de l'émetteur, le gouvernement français se conduit comme si l'Andorre était une colonie. Ces maladresses n'ont pour seule conséquence d'unir les andorrans derrière le projet de Radio Andorre devenu le symbole involontaire de leur lutte contre l'impérialisme français. Mais l'évolution de la situation internationale et la menace hitlérienne ont aussi pour conséquence de faire évoluer la position française. Sous l'influence du ministre des affaires étrangères en place depuis le 10 avril 38, Georges Bonnet, le gouvernement prend conscience de la nécessité de la mise en service d'un puissant émetteur au service de la culture française audible en Espagne et en Afrique du Nord. En cette période troublée, le ministre des Affaires Etrangères bénéficie d'une influence supérieure à celle du ministre des PTT, hostile au projet. S'il n'y a donc plus d'obstacle à sa construction et à sa puissance, le poste devra néanmoins répondre à un cahier des charges garantissant sa loyauté envers la France et l'impossibilité de se mettre au service de puissances étrangères hostiles.

:: Localisation des infrastructures

1er janvier 38 :
Le commandant du détachement de gardes mobiles français présents en Andorre, le Colonel de gendarmerie Baulard, menace par lettre le syndic général et lui ordonne de faire cesser les travaux. Cette maladresse aura pour conséquence de renforcer définitivement la détermination des andorrans qui feront bloc derrière Jacques Trémoulet et Stanislas Puiggros.

9 août 38 :
Le Colonel Baulard persiste et ordonne à Stanislas Puiggros d'arrêter les travaux. Cette lettre engendrera la colère du délégué de la Mître qui se plaindra auprès des autorités françaises pour usurpation de pouvoir.

2 octobre 38 :
Les gardes mobiles français envahissent le chantier. Les réactions d'indignation sont telles en Andorre que la France est obligée de faire machine arrière et de se rendre à l'évidence : Elle n'empêchera plus la création de Radio Andorre.

15 novembre 38 :
Le gouvernement français, par la voix de Georges Bonnet, ministre des affaires étrangères, donne enfin son approbation à la construction du poste. Il fixe la puissance maximum à 60 kw pour les OM et 1 kw pour les OC.

24 novembre 38 :
Le délégué de la Mître prend acte de la décision française et confirme son accord pour le démarrage de la station.

Les studios et services administratifs seront regroupés à Andorre-la-Vieille dans un ancien hôtel qui domine la ville, l'Hôtel de France. Le rez-de-chaussée comprend le grand studio, les cabines techniques, les bureaux, et les étages peuvent héberger le personnel de la station. Un cable relie le studio au bâtiment émetteur situé à quelques km de là. Mais la mise en service de ce studio ne se fera pas lors de l'inauguration de la station. Son premier studio se situe à l'émetteur d'Encamp, puis elle occupe un petit studio provisoire situé à Andorre-la-Vieille au Roc des Escolls.

Le bâtiment qui abrite l'émetteur et les installations techniques est construit de toute pièce à la sortie du village d'Encamp au bord de la route qui relie Andorre-la-Vieille à la France. Ce bâtiment de granit sera le symbole de la station. Sa photo sera utilisée dans toutes les publicités de Radio Andorre jusque dans les années 80. L'émetteur construit par la SFR est complété par un petit studio de secours en cas de rupture du cable avec les studios.

Les antennes émettrices sont montées sur 2 pylônes de 125 m de hauteur au bord du lac d'Engolasters sur le Pic d'Encamp. L'altitude de ce site est de 1649 m au dessus du niveau de la mer, ce qui en fait l'émetteur le plus haut du monde. Elles dominent la Principauté et sont reliées à l'émetteur, qui se situe 440 m plus bas par un feeder de 850 m de long.


L'ancienne manufacture des tabacs d'Andorre, devenue "l'Hôtel de France" changera une nouvelle fois de destination au début des années 40 pour héberger le futur studio et les bureaux de Radio Andorre.


 


:: Ils sont intervenus dans le dossier Radio-Andorre en 1938

Défavorable à Radio Andorre

Neutre sur le sujet Radio Andorre

Favorable à Radio Andorre

Co-princes d'Andorre

Co-prince espagnol

Co-prince français

Présidents du Conseil

jusqu'au 10/03/38

du 13/03 au 08/04/38

Présidents du Conseil

Ministre des Affaires Etrangères

à partir du 12/04/38

à partir du 10/04/38

 

 

 

page précédente

1936

1937

1939

1940

page suivante

Plan du site

Infos site

Sources

Email

Retour homepage