Aqui Radio Andorra

:: Changement de propriétaire
M. Bonaventure Vila Ribes, le propriétaire de la concession signée en 1935, est décédé en juin 1936. Sa fille, Madame Lolita Vila et son gendre, Monsieur Stanislas Puiggros sont donc les héritiers de la concession. Le 20 mai 1940, ils décident de conforter leur emprise sur Radio Andorre en signant un acte avec Jacques Trémoulet, qui avait financé son installation. Cette décision devait être une précaution pour garantir la neutralité de la station face à la menace allemande sur la France, Monsieur Trémoulet étant français et Monsieur Puiggros étant andorran. Ainsi, il n'y aurait pas d'ambiguïté sur la nationalité de la station. Mais 3 jours plus tard, Jacques Trémoulet se rendant compte qu'il ne serait plus que responsable de la régie et que son emprise sur Radio Andorre ne se limiterait plus qu'à un simple droit de regard, un nouveau contrat est signé. Ce nouveau contrat est très directif : Il annule purement et simplement l'acte signé le 20 mai et indique clairement que Radio Andorre appartient à Jacques Trémoulet et à son associé Léon Kierzkowski, sur la base de la concession signée en 1935 avec M. Vial Ribes. Stanislas Puiggros n'a pas le choix, car en dehors de la concession, il n'a pas les moyens de financer une station de radio. Il reste encore un temps à la direction de la station mais avec un adjoint nommé par Jacques Trémoulet et sera peu à peu écarté puisque cet adjoint, Etienne Laffont, le remplacera au poste de Directeur en 1941.

:: Radio Andorre reprend ses émissions.
Alors que la France s'apprête à défendre son territoire contre l'invasion allemande, Radio Andorre, reprend ses émissions en avril 1940. Jacques Trémoulet a auparavant obtenu la bénédiction d'Edouard Daladier, via le Directeur Général de la Radiodiffusion, Léon Brillouin. Cette autorisation est consentie à titre provisoire et le poste doit cesser ses émissions dès que la situation militaire l'exigera. En juin 1940, les Allemands envahissent une partie de la France, la totalité des radios de la zone occupée se sabordent et cessent leurs émissions. Radio Andorre ne s'arrête pas et, protégée par la neutralité de la principauté d'Andorre, elle poursuit son exploitation.
Le traité d'armistice entre la France et l'Allemagne prévoit dans son article 13 l'arrêt de tous les postes de radiodiffusion français. Jacques Trémoulet, prudent, préfère arrêter les annonces en français et toutes les émissions sont donc présentées en espagnol. Mais dès septembre 1940, le ministère des Affaires étrangères à Vichy autorise Jacques Trémoulet à reprendre ses émissions en français. Il attendra octobre 1940 que cette autorisation lui soit signifiée par écrit par le préfet des Pyrénées Orientales via le Viguier de France en Andorre. Radio Andorre parle à nouveau français.

30 janvier 1940 :
Décès du coprince espagnol d'Andorre, Justi Guitart i Valardebo, évêque d'Urgell. l'intérim est assuré par Ricardo Formesa.

24 février 1940 : Léon Brillouin, Directeur de la Radiodiffusion française, autorise la station a reprendre ses émissions.

3 avril 1940 : Radio Andorre reprend ses émissions à 22 h.

23 mai 1940 :
Un nouveau contrat signé entre messieurs Trémoulet, Kierzkowski et Puiggros, précise que les seuls propriétaires de la station sont désormais Messieurs Trémoulet et Kierzkowski. Stanislas Puiggros, détenteur de la licence d'exploitation, n'est plus propriétaire de Radio Andorre.

22 juin 1940 :
Après l'invasion d'une partie de son territoire par les Allemands, la France signe l'armistice.
Radio Andorre cesse, par prudence, d'utiliser le français à l'antenne et présente les émissions uniquement en castillan et en catalan.

10 juillet 1940 :
Albert Lebrun cède le pouvoir.

Juillet 1940 :
Radio Informations, la régie du Groupe Trémoulet et donc de Radio Andorre, est transférée de Paris à Toulouse.

5 octobre 1940 :
Le préfet des Pyrénées Orientales demande par la voix du Viguier de France en Andorre, de reprendre les émissions en Français. Ce qui sera fait dès le 8 octobre 1940.

12 et 14 octobre 1940 :
Le gouvernement de Vichy, sous pression allemande, demande à Radio Andorre de cesser ses émissions à 21h15 puis à 19h45 afin que l'émetteur d'Encamp ne serve pas de repère à l'aviation alliée. Jacques Trémoulet s'exécute. Finalement un accord sera trouvé pour arrêter le programme à 21h15, à condition que Radio Andorre suspende ses émissions en cas d'alerte ou de bombardement sur Toulouse. Jacques Trémoulet reprendra les émissions nocturnes en janvier 1943.

Novembre 1940 :
Les forces françaises présentes en Andorre quittent la Principauté. Elles avaient été appelées par le Conseil des Vallées pour se prémunir contre une contagion de la guerre civile espagnole sur le territoire andorran.

26 décembre 1940 :
La Commission d'armistice franco-allemande demande à Radio Andorre de ne plus utiliser le chant du Rossignol comme signal de pose entre les émissions afin d'éviter toute confusion avec la radio italienne qui utilise elle, le chant de l'alouette.

 

:: La guerre n'est pas annoncée sur Radio Andorre.
Même si les français ont d'autres préoccupations que d'écouter la radio en ces temps de débâcle et d'exil, Radio Andorre est le seul poste qui continue à émettre sans jamais faire allusion à la guerre. Pour garder sa neutralité, la station ne diffuse aucune information et Victoria Zorzano se contente toujours d'annoncer les disques qui constituent l'essentiel du programme. D'avril 40 à octobre 40, Radio Andorre ne parle plus français mais uniquement catalan ou castillan.
 

:: Nouveau Directeur.
En signe de reconnaissance au sénateur Paul Laffont qui avait soutenu la création de la station, Jacques Trémoulet embauche son neveu Etienne Laffont dans un premier temps à Radio Information, la régie publicitaire du groupe Trémoulet. Puis il le nomme secrétaire de la station en Andorre, auprès de Stanislas Puiggros et enfin, en 1941, Directeur Général de Radio Andorre.

:: Première équipe d'animation.
Les essais effectués durant quelques semaines en 1939 n'avaient pas permis la mise en place d'une grille de programme et d'une équipe d'animation. En avril 1940, lorsque le poste est relancé, Radio Andorre doit trouver des speakers pour les annonces en français et en espagnol. Deux speakers sont embauchés, l'un pour les annonces en français et l'autre pour les annonces en espagnol. Le speaker français, Edmond Abouly, est choisi par Jacques Trémoulet parmi les speakers de sa station Radio Toulouse. La voix espagnole, qui sera féminine, est choisie par Stanislas Puiggros à Radio Badalona en Catalogne. Cette radio proche, elle aussi, du groupe Trémoulet, délègue donc
en Andorre une de ses speakerines, Maria Escrihuela. Maria Escrihuela et Edmond Abouly vont présenter ensemble les premiers programmes bilingues de la station depuis le studio encore installé dans la tour du bâtiment émetteur d'Encamp. Au bout de quelques semaines, Maria Escrihuela va préférer se faire remplacer par une autre speakerine, Victoria Zorzano.
Maria Escrihuela:: Maria Escrihuela.
La première speakerine de Radio Andorre, qui animera la première émission de reprise le 3 avril 1940, est déjà une habituée du micro. Née en 1916, Maria Escrihuela, est entrée à Radio Badalona en avril 1939 quand cette station a repris ses émissions à l'issue de la guerre civile espagnole. Passionnée de théâtre, elle déclamait des poèmes entre les disques à Radio Badalona et perpuétua cette habitude à Radio Andorre.
Mais Maria Escrihuela, sur le point de se fiancer avec le chef d'orchestre catalan Joan Pich i Santasusana, désire retourner au plus tôt à Badalone. On embauche donc une jeune fille nommée Victoria Zorzano qui va être formée par Maria Escrihuela et prendre sa place au bout de quelques semaines. Maria Escrihuela reprendra ses habitudes au micro de Radio Badalona et suivra son mari dans sa vie professionnelle. C'est sa jeune remplaçante qui deviendra la première vedette de Radio Andorre.

Co-propriétaires :
Stanislas PUIGGROS
Jacques TREMOULET

Directeur :
Etienne LAFFONT

Animation :
Edmond ABOULY
Maria ESCRIHUELA
Victoria ZORZANO

Techniciens à l'émetteur :
M. LAVAL, chef de Poste
Lucien KILLMAYER
Josep Mas PALMITJAVILA
Victorià SEGALAS I FITE
Daniel MARTINET

:: Victoria Zorzano.
De son vrai nom, Victoria Zorzano de Font, la speakerine de Radio Andorre est aussi connue sous le pseudonyme de Victoria Perez mais aussi sous le nom de "Mademoiselle Aqui". Cette ancienne religieuse espagnole a fui la guerre civile qui ensanglante son pays et s'est réfugiée en Andorre. Mademoiselle Aqui deviendra un véritable mythe pour des millions d'Européens fascinés par sa voix mélodieuse qui les soulagera en ces heures de souffrance. Durant toute la guerre, elle recevra des milliers de lettres d'auditeurs de toutes nationalités et de soldats sur tous les fronts. Certains témoignages affirment qu'elle sera la première à s'exprimer au micro lors de l'émission inaugurale en présentant le ministre Anatole de Monzie. Elle débutera en fait véritablement sa carrière à Radio Andorre en juin 1940, à la reprise des émissions et elle quittera la station en 1946 , lorsqu'elle se mariera avec un concessionnaire automobiles de la Principauté.
 

Type

Date

Langue

Descriptif

Source

Articles de Presse

3 juin 1940

"Music from the Pyrenees"
Présentaton de la nouvelle station Radio Andorre : Circonstances de sa création, localisation, programmes.
(704 ko)

Time n° 23

Documents inédits

23 mai 1940

Contrat entre Trémoulet et Puiggros.
Copie de ce contrat qui transfert définitivement la propriété de Radio Andorre entre les mains de Jacques Trémoulet et Léon Kierzkowski

Archives de l'Etat andorran.

Photomontage sur les années de guerre à Radio Andorre :
cliquer ici

page précédente

1938
1939
1941
1942

page suivante

Plan du site
Infos site
Sources
Email
Retour homepage