Aqui Radio Andorra





:: Radio Andorre devient une station populaire.
Entre le ton ennuyeux de la Radio de Vichy et la propagande nazie de Radio Paris, les Français ont besoin de détente en ces périodes troublées. La seule station qui leur permet de se changer les idées est bien Radio Andorre. Pas d'info, pas de catastrophe, pas de mensonge, pas de niaiserie, que des disques actuels, de la musique pour la jeunesse. A cette époque la jeunesse écoute de la musette et de la variété française. Il n'y a évidemment pas de mesure d'audience en 1941 mais du Nord au Sud de la France et dans le reste de l'Europe, où la station est audible, tout le monde connaît le célèbre "Aqui Radio Andorra" de Victoria Zorzano. Radio Andorre mesure sa popularité au nombre de cartes qu'elle reçoit de ses auditeurs. Elle publie ses chiffres pour prouver aux annonceurs que la station est écoutée et populaire. Dans le graphique ci-dessous, elle démontre que du 15 au 21 mars 1941 elle a reçu 7 000 cartes postales envoyées par les auditeurs. La provenance de la majorité de ces cartes est la France et l'Espagne, mais elle en reçoit aussi de Suisse, du Portugal et d'Afrique. La station, fière de sa neutralité met en avant le fait qu'elle a reçu aussi bien une carte d'un commandant de sous-marin italien qu'une carte de remerciement envoyée du front de Lybie par un sous-officier des Forces Françaises Libres. Les deux remerciant la station de leur avoir apporté une bouffée d'air au milieu des combats.

18 mars 1941 : Stanislas Puiggros signe un renouvellement du contrat de concession exclusive de la publicité de Radio Andorre avec Radio-Information, la régie de Jacques Trémoulet.

8 juillet 1941 :
Tentative d'intervention de l'Etat de Vichy sur les programmes de Radio Andorre : Le Général Darlan écrit au Préfet des Pyrénées Orientales : "Vous avez décidé, au cours de votre voyage dans les Vallées d'Andorre, d'accord avec M. le Délégué du co-prince évêque, d'autoriser Radio Andorre à publier un journal radio, insérant exclusivement des nouvelles diffusées par l'Office français d'information et par l'agence officielle espagnole d'information. J'ai l'honneur de vous faire connaître que le département des affaires étrangères n'a pas d'objection à l'encontre de votre décision."
Mais Jacques Trémoulet, qui n'avait jamais fait de demande en ce sens, continuera à ne pas diffuser d'information à l'antenne malgré les pressions du préfet.

Etienne Laffont est nommé Directeur de Radio Andorre.

juillet 1941 :
Jacques Trémoulet est approché par Kurt Mair, spécialiste des affaires de radiodiffusion pour le Reich afin de prendre une participation de 50 % dans Radio Andorre. Jacques Trémoulet fait visiter la station à Kurt Mair après une nuit complète de discussions. Mais se retranchant derrière sa concession et la neutralité de l'Andorre, Jacques Trémoulet arrive à déjouer cette tentative. et ne cède rien à son interlocuteur.

 


:: Le Quart d'Heure de l'Auditeur.
La station, fidèle à ses tranches d'un quart d'heure par genre musical diffuse deux fois par jour l'émission "le Quart d'Heure de l'Auditeur". Cette émission s'inspire de "la demi-heure de l'auditeur de Radio Toulouse" et consiste simplement à diffuser les disques demandés par les auditeurs qui doivent envoyer une carte postale à la station. Ces envois permettent ainsi à la station non seulement une certaine interactivité, bien que ce mot n'existe pas encore à cette époque, mais lui permettent surtout de mesurer sa popularité. Cependant, il n'y a pas encore de dédicaces à l'antenne.

:: Radio Andorre : Robinet à musique.
Si le gouvernement français tente de faire pression sur la station pour qu'elle diffuse de l'information contrôlée par Vichy, celle-ci choisit de préserver sa neutralité en n'en diffusant aucune. Le journal Paris-Soir du 18 juillet 1941 critique cette attitude dans un article signé Marc Augier, par ailleurs aussi journaliste au journal La Gerbe, magazine prônant la collaboration.
Paris Soir - 18 juillet 1941 :
"Radio Andorre, Radio Mystère. Son installation a coûté des dizaines de millions (...), un personnel d'élite sert les machines avec des ingénieurs à huit mille francs par mois, des dactylos pour répondre au mille et une radio fadaises des auditeurs, quatre speakers, trois directeurs, un service de propagande, deux à trois cent mille francs de frais généraux par mois... tout cela pour distiller à travers l'éther une des plus belles collections de disques du monde et les mérites des petites pilules Bébert. Cela ne vous semble pas anormal ?"
Ce journaliste fera allusion dans ce même article à une hypothétique appartenance de Radio Andorre à l'Internationale Communiste, selon un principe répandu que si on n'est pas dans un camp on est forcément dans l'autre.


Mercredi 29 octobre 1941

19h30

Fantaisie radiophonique

19h45

Danses

20h00

Fantaisies d'opérettes

20h15

Le quart d'heure de l'auditeur

20h30

Quelques minutes de Variétés

20h45

Fragments de l'opérette "Yana"

21h00

Quelques marches

Fin des émissions en ondes moyennes

21h15

Musique régionale

21h30

Jazz

21h45

Airs de films

22h00

Accordéon

22h15

Le quart d'heure de l'auditeur

22h30

La 1/2 heure des jeunes


 

Type

Langue

Couverture

Descriptif

Source

Plaquettes

Part 1 - p. 1 à 10 (3,6 Mo)
Part 2 - p. 11 à 22 (4,3 Mo)
Part 3 - p. 23 à 34 (4,3 Mo)
la première plaquette publiée par Radio Andorre est un impressionnant livre de 34 pages avec de nombreuses photos sépia et des commentaires en anglais et en espagnol. Ce document dont la date est incertaine a probablement été édité au début des années 40 car il reprend les photos de construction de l'émetteur et de l'inauguration. L'absence de commentaires en français est probablement lié au fait que la station ne veut pas être assimilée à une station française alors que les troupes allemandes envahissent l'hexagone.

Archives de Georges Maltot

 

 

page précédente

1939

1940

1942

1943

page suivante

Plan du site

Infos site

Sources

Email

Retour homepage