Aqui Radio Andorra




 

 


:: Dernières tentatives de prise de contrôle de Radio Andorre par les allemands.
En 1944, les allemands intensifient encore leurs menaces d'un coté et leurs propositions alléchantes de l'autre, pour s'accaparer l'émetteur de Radio Andorre.
En avril 1944, l'ambassade allemande à Vichy adresse au gouvernement français une note de protestation dans laquelle elle reproche à Radio Andorre d'utiliser son émission "Le Concert des Auditeurs" pour diffuser des messages vers la Grande Bretagne lors des dédicaces de disques des auditeurs. Il est vrai qu'à cette époque, un simple "coucou de Bébert à Paulette" peut être interprété comme un message codé. Après la libération on reprochera à la station ces mêmes messages des auditeurs en les qualifiant de "messages destinés aux espions allemands".
En mai 44, les allemands tentent une nouvelle fois de contrôler Radio Andorre. Cette fois l'approche est plus sournoise. Inter-Radio ne demande plus à participer au capital ni de louer les antennes. Il est proposé à Radio Andorre d'acheter de l'espace publicitaire sur son antenne... après tout, n'est-elle pas une station commerciale ? Jacques Trémoulet invoque le pouvoir de censure du co-prince espagnol et multiplie une nouvelle fois les démarches administratives pour ne pas accéder à cette demande. Cette nouvelle initiative s'enlisera comme les précédentes.
En juin 44, Radio Andorre est l'objet de dénonciations anonymes auprès de l'ambassade d'Allemagne à Vichy. On lui reproche d'être le centre d'une filière organisée pour le passage de Français pour les Forces Françaises Libres d'Afrique du Nord via l'Espagne.
Sur ce prétexte, Léo Eigner rencontre une nouvelle fois Jacques Trémoulet en Andorre pour le persuader une dernière fois de signer un accord entre Inter Radio et Radio Andorre. Mais le 6 juin 1944, la nouvelle du Débarquement allié en Normandie arrive en Andorre. La station n'y fait aucune allusion à l'antenne mais les allemands commencent à avoir d'autres préoccupations que de récupérer la station.

Avril 1944 :
Les allemands reprochent à Radio Andorre d'utiliser l'émission "le Concert des Auditeurs" pour faire passer des messages vers l'Angleterre.

Mai 1944 :
Nouvelle tentative de prise de contrôle des allemands par le biais d'achats d'espaces publicitaires

4 juin 1944 :
Les allemands reprochent à Radio Andorre d'être au centre d'un réseau de passages vers l'Espagne.

10 août 1944 :
Jacques Trémoulet transfert en Andorre une partie du matériel de ses stations françaises, Radio Toulouse, Radio Agen et Radio Montpellier. Raison invoquée : éviter sa destruction par les allemands en retraite.

15 août 1944 :
Les alliés débarquent en Provence et les Allemands décident d'évacuer le midi de la France. Toulouse est libérée le 19 août 1944. Avant leur départ, les allemands dynamitent l'émetteur de Radio Toulouse.

Un administrateur provisoire, René Laporte, est nommé à Radio Toulouse. Un mandat d'arrêt est lancé contre Jacques Trémoulet et Léon Kierzkowski pour "intelligence avec l'ennemi".

25 août 1944 :
Libération de Paris.


:: La France est libérée, Radio Andorre poursuit ses émissions
En août 1944, Paris et Toulouse sont libérées et les nazis sont repoussés vers les frontières de l'Est. A Toulouse, les équipes de Jacques Trémoulet évacuent Radio Toulouse qui est récupérée par la Résistance. La station connaît le même sort que Radio Paris qui ne sera plus autorisée à poursuivre ses émissions. Ses propriétaires et animateurs craignant d'être inquiétés pour fait de collaboration, quittent le territoire. Un mandat d'arrêt est lancé contre Jacques Trémoulet qui se réfugie en Espagne. Jean Roy, le principal animateur de Radio Toulouse, part pour l'Allemagne.
Quant à Radio Andorre, elle poursuit ses émissions sans la moindre interruption et sans faire allusion aux événements historiques qui se déroulent. La neutralité de la Principauté qui l'avait protégé des tentatives de récupération nazie, la protège aujourd'hui de la récupération des médias français par la Résistance.
Mais depuis quelques mois, la station avait multiplié les tentatives de rapprochement avec les Alliés. En juin 1944, un rapprochement avec un groupe américain est envisagé puis abandonné, Jacques Trémoulet n'ayant jamais sacrifié l'indépendance d'aucune de ses stations. A la Libération, c'est une société anglaise qui est approchée pour prendre la régie publicitaire de la station. Mais là aussi, l'opération ne se fera pas et le projet sera abandonnée en 1946.


 

:: De la musique toujours de la musique
Le programme musical de la station continue imperturbablement quels que soient les événements. Les horaires de diffusion de la station fin 44 sont :
- 12h à 14h
- 19h à 24h
Si les programmes de la station n'étaient plus annoncés depuis 1942 par les journaux de l'occupation "les Ondes" et "Radio Nationale", ils ne le sont pas plus par le nouvel hebdomadaire "Radio 44". Néanmoins ce journal annonce les longueurs d'ondes de Radio Andorre et ses horaires de diffusion.

 


 



 

 


Type

Langue

Date

Descriptif

Source

Documents inédits

15 août 1944

Courrier de l'ambassade allemande concernant Radio Andorre
Ce courrier envoyé le 15 août 1944 (Jour du Débarquement de Provence) par l'ambassade allemande à Madrid, fait état du versement d'une somme de 200 000 pesetas à Radio Andorre. Il sera utilisé par les adversaires de Radio Andorre après la guerre pour tenter de prouver que la station avait des accords avec les allemands. Malheureusement, ce courrier n'indique aucun nom de destinataire, son authenticité ne sera jamais prouvée et sera contestée par les défenseurs de Radio Andorre.

Livre : "A propos de Radio Andorre, la radio aux frontières de l'Etat " - Louis Noguères -1953

 

page précédente

1942

1943

1945

1946
 

page suivante

Plan du site

Infos site

Sources

Email

Retour homepage